Jules Leclercq, 1894-1966. Médium occulte donneur de feu.
  • Jules Leclercq, 1894-1966. Médium occulte donneur de feu.

LOMMEL (M.), NESPOR (C.), FAUPIN (S.), BOULANGER (C.), SERRET-DEFRANCE (J.), CARPENTIER (R.).

Jules Leclercq, 1894-1966. Médium occulte donneur de feu.

Jules Leclercq, 1894-1966. Médium occulte donneur de feu.
Lille, Musée d'art moderne de Lille métropole, Les chemins de l'art brut 5, 2006.
26 x 29 cm., 138 p., 64 ill coul. et 12 n.b. Broché, jaq. ill. coul.
40,00 €

Exposition à l'université catholique de Lille, 16 sept. -16 déc. 2006. Edition originale, tirage à 1000 ex. du catalogue de l'exposition des tapisseries ou plus exactement oeuvres brodées de Jules Leclercq (Tourcoing, 1894 - Armentières, 1966). L'exposition réunit pour la première fois plus de la moitié de la production de Jules Leclercq. "Journalier, chiffonnier, marchand d'os, Leclercq est interné, en 1940, pour troubles hallucinatoires à l'asile d'aliénés d'Armentières où il restera jusqu'à sa mort. Il écrit tout d'abord pour dénoncer ses persécuteurs en mêlant écrits conjuratoires et dessins contestataires. En découvrant l'occultisme à la lecture du livre Le Grand Secret de Maurice Maeterlinck, il trouve une parade à ses adversaires en s'intitulant « Médium occulte, donneur de Feu » ou encore « Médecin Psychiatre Spirite ». Vers 1950, il cesse d'écrire et de dessiner. Affecté au tri du linge à laver, il récupère des étoffes et des tricots usagés qu'il effiloche et détricote pour coudre et broder... Quatre thématiques - érotique, décorative, militaire, religieuse - sont parfois mêlées dans la même composition. Leclercq brode souvent ses prénoms et nom et parfois des mots incantatoires".