Carton Blondes ondulés. Avec 25 lithographies originales en couleurs de Max SCHOENDORFF.
  • Carton Blondes ondulés. Avec 25 lithographies originales en couleurs de Max SCHOENDORFF.

SCHUSTER (J.).

Carton Blondes ondulés. Avec 25 lithographies originales en couleurs de Max SCHOENDORFF.

Carton Blondes ondulés. Avec 25 lithographies originales en couleurs de Max SCHOENDORFF.
Lyon, Atelier Urdla, 1989.
50 x 65 cm, 25 lithographies En ff, couverture imprimée en lithographie rempliée, ruban de satin, étui bois éditeur avec pièce de titre. Parfait état.
1 200,00 €

Edition originale, tirage limité à 46 ex. (celui-ci n°25) sur vélin de Rives, numéroté et signé au crayon par l'auteur et l'illustrateur.- Dans le vacarme actuel, “ ce qu'il y a d'intime dans Tout ”, vieille définition hugolienne, se profère de plus en plus difficilement, lentement, comme s'il s'agissait d'obvier à la déperdition des mots dans l'explosion/implosion “ générale ”. On saluera donc, comme une équation d'astres ou un échangeur de phares très rare, Cartons blondes ondulés de Jean Schuster et Max Schoendorff. Deux poètes conjuguent leurs forces, c'est-à- dire le verbe “ être ”, l'un dans tous ses états, l'autre à toutes ses étapes. Grand feuillet après grand feuillet, c'est l'osmose des empreintes de plantes, d'étoffes, d'outils et d'inconnu, avec la progression d'un récit qui naît lui aussi aux entrailles d'un séisme discrètement nourri de sa terreur et de sa catharsis. Récit qu'on devine d'une expérience spirituelle, comme l'ordre des apparitions sur la pierre lithographique noue et dénoue et renoue, “ de la route qui va à la route qui vient ”, la version la plus ambiguë d'un dialogue entre Héraclite et Bernard de Clairvaux. » [Gérard Legrand ]